+352 49 26 30 tradulux@pt.lu

Sans doute vous apprêtez-vous à envoyer vos vœux pour la nouvelle année à vos amis, à votre famille et même dans votre univers professionnel. Découvrez les origines des cartes de vœux et, pour ne pas commettre d’impair et respecter la tradition, découvrez les différentes façons de fêter la nouvelle année dans la communauté internationale, selon le pays d’origine, mais aussi comment envoyer efficacement vos vœux pour 2020 à vos contacts professionnels.

 

La nouvelle année : une tradition perpétuée dans différents pays du monde

Chaque pays a sa tradition pour fêter la nouvelle année. Certaines sont amusantes, d’autres plus étonnantes.

 

Tradition de bonnes résolutions

En France, on s’embrasse sous le gui le soir du réveillon pour souhaiter une vie longue et prospère. Surtout, la tradition incontournable reste les « bonnes résolutions » à prendre pour l’année à venir. Les plus hardis se lancent des défis tandis que les plus sages se contentent de petites résolutions, plus faciles à tenir. Il est donc courant d’entendre, lors de la soirée « Cette année, je me mets au sport » ou encore « j’irai passer plus de temps de qualité chez mes parents ». Le plus difficile est de garder sa motivation jusqu’au nouvel an suivant !

 

Traditions gourmandes

En Espagne, manger un grain de raisin à chaque coup de minuit garantit une année prospère. Cette tradition viendrait de viticulteurs pour pallier une trop forte production au début du XXᵉ siècle. Les Chiliens quant à eux dégustent une assiette de lentilles à minuit et les Belges dégustent une choucroute accompagnée de bière tout en tenant une pièce de monnaie dans sa main afin de s’assurer la prospérité pour l’année à venir. Les Estoniens vont plus loin et mangent jusqu’à sept repas dans la journée en signe de nourriture abondante pour les 12 prochains mois.

 

Tradition bruyante

En Nouvelle-Zélande, on exprime sa joie et ses espoirs pour l’année à venir en tapant sur des casseroles pour faire le plus de bruit possible. Vacarme garanti ! De l’autre côté du globe, au Danemark, il faut garder toute sa vaisselle abîmée durant l’année pour la casser devant la porte de ses amis ou voisins. Plus le tas de débris est haut, plus la personne sera chanceuse. Les Danois ont aussi pour coutume de littéralement sauter dans la nouvelle année, en grimpant sur une chaise juste avant minuit et sauter pour s’assurer une année pleine de bonheur.

 

Tradition rafraîchissante

Dans plusieurs pays comme au Canada ou aux Pays-Bas, il est courant de se jeter dans une eau glacée avant de vite rentrer se mettre au chaud. Locaux et touristes se mêlent à cette occasion pour partager un bain glacé !

 

Tradition vestimentaire

Place à la couleur dans ses sous-vêtements : au Venezuela, il faut porter des dessous jaunes pour avoir de la chance tandis qu’en Italie le rouge symbolise une année prospère ! Au Brésil, la couleur choisie a son impact sur ce que l’on souhaite pour l’année à venir : du rouge pour l’amour, du vert pour la chance, du jaune pour l’argent, etc.

 

Tradition amicale

En Écosse, la première personne passant le seuil de votre foyer après minuit vous portera chance pour le reste de l’année. Ce « first footing » se doit d’être fait du pied droit pour passer la porte et la personne doit amener du whisky et des shortbreads, ces biscuits typiques pour porter bonheur.

 

Tradition prolongée

En Afrique du Sud, une grande fête à lieu le 2 janvier. Ce décalage est dû à l’époque où les esclaves noirs n’étaient pas autorisés à célébrer le nouvel an le 31 décembre. La tradition est restée et en cet hommage, on peut aujourd’hui voir de nombreuses parades tout au long de la journée jusque tard dans la nuit.

 

Traditions de prédiction d’avenir

En Hongrie, pour connaître le nom de leur futur mari, les jeunes femmes sont invitées à inscrire plusieurs prénoms sur des petits bouts de papiers, les glisser à l’intérieur de boulettes qui sont ensuite plongées dans une casserole d’eau. La première à remonter prédirait le nom du futur mari.

En République Tchèque, c’est une pomme qui prédit l’avenir. La personne qui souhaite connaître sa fortune pour l’année à venir doit couper ce fruit en deux et observer la forme du trognon. Une étoile porterait chance tandis qu’une croix serait un mauvais signe.

Les Allemands quant à eux versent du plomb dans de l’eau froide qui le fige dans des formes étranges. Celles-ci pourraient donner des indices pour l’année qui commence.

En Russie on écrit ses vœux sur un morceau de papier qui est ensuite brûlé, dilué et bu dans du champagne ou de la vodka !

 

Les vœux oui, mais sous quelle forme ?

L’origine des vœux

Souhaiter une bonne année, de la réussite et d’autres bonnes choses au moment des fêtes de fin d’année est une tradition qui remonte à bien longtemps. Les Romains par exemple s’offraient déjà de la verveine puis des pièces et autres petits objets en gage de bon augure pour l’année qui commençait.

 

Les vœux en France au Moyen Âge

Au XVᵉ siècle, il était de bon goût d’envoyer à son entourage des « feuillets de bons vœux », des lettres pour renouer des amitiés et garder le contact.

Autre coutume française : les visites du nouvel an. Lors des deux premières semaines de janvier, on rendait visite à sa famille et à ses proches, mais aussi à ses contacts professionnels pour leur transmettre ses compliments ainsi que de petits cadeaux et autres marques d’amitié pour souhaiter la bonne année. Ces visites étaient particulièrement chronophages et les hôtes n’étaient pas toujours enclins à recevoir des invités en continu. Petit à petit, les visiteurs laissaient simplement une carte de visite pour signaler leur passage, accompagnée ou non d’un petit mot de vœux.

 

Les premières cartes de vœux

C’est en Angleterre qu’a été envoyée la toute première carte de vœux telle que nous la connaissons aujourd’hui. Peu de temps après la création du timbre postale qui facilitait les échanges, nos voisins outre-manche ont commencé à s’envoyer leurs vœux à l’aide de cartes. Une lithographie représentant sa famille ou un dessin sur le thème des fêtes de Noël (du houx, une crèche, un sapin, un paysage enneigé…), accompagné de quelques phrases de vœux était alors envoyée pendant la période de l’Avent, afin d’arriver avant Noël pour souhaiter à la fois un joyeux Noël et une bonne année.

Rapidement, cette coutume s’est étendue dans les autres pays dont la France, mais avec quelques modifications. En effet, en France, les deux coutumes se sont liées : envoyer une carte, certes, mais après le premier janvier, pour remplacer les lettres ou visites du nouvel an.

 

Les vœux aujourd’hui

Il existe différentes formes et supports pour présenter ses vœux. La tradition actuelle est donc d’envoyer des cartes de vœux personnalisées, écrites à la main avec soin et décorées.

On trouve facilement de jolies cartes chaque année, au moment des fêtes, dans la plupart des magasins et papeteries. Il est aussi possible d’opter pour les cartes dont les profits vont à des œuvres caritatives, comme les cartes proposées par L’Unicef , que l’on trouve dans les bureaux de Poste, en grande surface, etc. ou encore en faire personnaliser en ligne avec vos propres photos et le logo de votre entreprise.

Certaines cartes comportent déjà une phrase de vœux imprimée, il suffit donc d’ajouter sa signature. D’autres sont vierges et laissent place à la prose de l’expéditeur pour des vœux plus personnels.

Cette mode se perd de plus en plus au profit d’envois de cartes électroniques ou de vidéos.

Avec l’avènement des réseaux sociaux et des nouvelles technologies, on envoie maintenant aussi ses vœux par le traditionnel SMS ou sur la toile à ses contacts Facebook ou LinkedIn.

Attention tout de même : les vœux se veulent être personnels. Les envois massifs sont ainsi souvent mal perçus par les destinataires qui n’y voient aucune considération personnelle. Oui, adresser un message personnel à chacun prend plus de temps qu’un message unique adressé à tous, mais l’effet est bien plus positif.

 

Vœux professionnels : quand et comment ?

Comment rédiger des vœux à un contact professionnel efficacement ?

Il est également de bon ton d’envoyer ses meilleurs vœux pour la nouvelle année à votre réseau professionnel.

Il ne s’agit pas seulement de souhaiter une bonne année, mais de garder le contact avec son réseau lorsque l’on recherche un emploi, que l’on change de poste ou que l’on recherche de nouveaux clients.

Aux côtés de la carte écrite, on trouve bien sûr l’e-mail personnalisé, mais aussi les vœux en vidéo partagés sur les réseaux sociaux. Bref, soyez créatif, en phase avec votre activité, le positionnement de votre entreprise et si vous parvenez à surprendre vos contacts, alors c’est un effet garanti !

Un conseil : bannissez toute phrase sortant du contexte professionnel telle que « bonne santé ». Privilégiez au contraire des phrases comme « bien à vous » ou « très sincèrement ». Évitez également d’inclure toute proposition commerciale ou les mentions de type « souhaitant que 2018 sera sous le signe de nombreux contrats ! »

Une règle de savoir-vivre : n’omettez pas de répondre aux vœux que vous recevez.

 

Quand adresser ses vœux ?

Chez les professionnels, la nouvelle école est d’envoyer ses vœux à ses principaux clients la première semaine de janvier.

Toutefois, la tradition en France permet de les adresser du début décembre pour souhaiter de bonnes fêtes de fin d’année jusqu’à la fin du mois de janvier pour les vœux de nouvelle année. Le Président de la République souhaite chaque année ses vœux aux Français à travers un discours le 1ᵉʳ jour de la nouvelle année.

En revanche, si vous avez des contacts dans d’autres pays, attention à ne pas adresser vos vœux trop tard, ce serait mal vu. En effet, dans beaucoup de pays européens, en particulier dans les pays anglo-saxons, on souhaite de joyeuses fêtes et donc, les cartes s’envoient avant Noël. Pour respecter la tradition en Europe, mais aussi aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande, en Australie…, il est préférable d’envoyer vos vœux avant la mi-décembre.

Fêter le nouvel an et souhaiter ses vœux pour la nouvelle année fait partie de l’histoire. Que ce soit en Europe, en Asie ou en Amérique latine c’est une tradition bien ancrée dans la société. La tendance et les supports évoluent en fonction de la société et de ses habitudes. Envoyer ses vœux s’est généralisé dans le monde de l’entreprise. Une stratégie mise en place afin d’entretenir de bonnes relations professionnelles et son réseau. A vous de jouer !